L’ENTRETIEN DE VOTRE MOTEUR THERMIQUE

MODÉLISME TT 1/8

Opération nécessaire à la survie de votre moteur thermique

Vous devez  procéder régulièrement à son entretien afin qu’il ne se dégrade pas.

En ce qui me concerne, je procède à un nettoyage extérieur sommaire (partie 1) après chaque session d’entrainement puis un nettoyage complet (bientôt partie 2) après chaque course et en fin de saison (hivernage)

Cette opération demande du soin et de la précision. Avant toutes choses, installez-vous sur un plan de travail propre et assurez-vous de disposer du matériel suivant :

*** matériel nécessaire :

  • Un bac en plastique (découpé un de vos bidons d’essence 5L vide, il résiste aux hydrocarbures)
  • des pinceaux de tailles différentes (poils résistants aux hydrocarbures)
  • des chiffons propres dont un chiffon « doux »
  • des produits de nettoyage ( en qui me concerne, 1L de pétrole dés aromatisé, 1L de dégraissant métaux et 1 aérosol de WD40). Vous trouverez ces produits en magasin de bricolage. Vous pouvez aussi opter pour des produits d’entretien spécifiques vendus dans les magasins de modelisme mais ceux-ci sont plus onéreux.
  • Un flacon « d’after run » (huile de remontage/stockage)
  • Une burette d’huile fine (de l’huile pour bicyclette fait l’affaire)
  • deux récipients (bocaux) pour recevoir le pétrole et le dégraissant métaux (pour le pétrole, j’utilise un petit pulvérisateur à main).
  • Des tournevis parfaitement adaptés aux empreintes de vis de votre moteur. N’hésitez pas à investir dans du matériel spécifique afin ne ne pas « foirer » vos vis.

** Le nettoyage sommaire :

   Après une petite séance d’entrainement, je procède toujours au nettoyage « extérieur » de mon moteur, l’idéal étant de le désolidariser du châssis.

IMPORTANT !!!

   La première chose à faire dès que vous avez désolidarisé votre moteur est de boucher les entrées du carburateur (essence-pressurisation-venturi) ainsi que la sortie de l’échappement afin qu’aucune particule ne pénètre à l’intérieur du moteur. assurez-vous aussi que votre bougie soit bien serrée.

Astuces : pour remplacer les obturateurs moteur du commerce, vous pouvez utiliser des morceaux de durites (obturées d’un bout par une vis enfoncée à force) pour les entrées essence/pressurisation et des doigts caoutchouc (genre petit préservatif (-; )

    Placez votre moteur dans le bac plastique et commencez à pulvériser généreusement le pétrole sur toutes les parties. Partez de la base du moteur et remontez jusqu’à la partie supérieure de la culasse.

    Effectuez le chemin inverse avec un gros pinceau à poils long. Répétez l’opération jusqu’à disparition complète des souillures.

   Insistez sur le carburateur et notamment au niveau du soufflet et des visses de réglage.

   Votre moteur est propre, pulvérisez du WD40 qui la propriété de chasser l’humidité et laissez le sécher sur un chiffon propre .

   Le luxe étant de disposer d’un compresseur avec soufflette pour sécher le moteur et éliminer les particules inaccessibles.

LES AMORTISSEURS MODELISME TT 1/8

Réglage de vos amortisseurs

  – la précontrainte 

  – les barres anti-roulis 

  –  les ressorts 

  – l’huile

  – les différents points d’ancrages.

   Liaison entre le sol et votre châssis, il s’agit là encore d’un organe essentiel au bon comportement de votre voiture. En agissant sur les différents points de réglage ( précontrainte – les ressorts – l’huile – les pistons – les points d’ancrage ) vous modifiez le comportement de votre TT. 
   Une fois de plus, je vais aller à l’essentiel et rester sur des réglages basiques (constructeur) qui vous permettront de rouler confortablement.

**La précontrainte : les cales et les barres anti-roulis

Les cales

En règle générale, votre TT est livré avec un jeu de cales de différentes hauteurs vous permettant de contraindre les ressorts de vos amortisseurs. En insérant ces bagues, vous augmentez la garde au sol de votre voiture  et modifiez son assiette.

**La garde au sol (hauteur du châssis par rapport au sol) se règle en fonction du terrain sur lequel vous allez rouler. Il est facile de comprendre que lorsqu’il est plat avec des petits sauts, votre châssis peut-être réglé « proche du sol » et à l’inverse, lorsqu’il y a des gros sauts et que la piste est « défoncée », il vaut mieux s’éloigner du sol. Le but étant d’éviter au maximum que le châssis touche le sol. N’oubliez pas que des chocs violents et répétés peuvent causer de gros dégâts sur l’ensemble des éléments qui composent votre T.T. .

+ vous empilerez de bagues + votre châssis monte

**L’assiette ( différence entre le hauteur avant et arrière du châssis) se modifie de la même manière. En règle générale, l’avant doit toujours être légèrement plongeant ( + ou – 3 mm) afin de gagner en vivacité et motricité du train avant. Sur un TT 1/8  25/26mm AV et 27/28mm AR (voiture posée sur ses roues).

Le contrôle de cette hauteur peut se faire à l’aide d’une règle ou d’un système de cale (ci-dessous)

La barre anti-roulis

La barre anti-roulis intervient sur l’équilibre d’un même train. Reliant les roues droite et gauche, elle limite l’inclinaison (l’enfoncement) latéral en agissant comme un ressort. Elle régule le transfert de masse et stabilise ainsi les trains avant/arrière.

Il existe différents diamètres de barre vous permettant d’intervenir sur ce réglage.

Augmenter la dureté d’une barre anti-roulis permet à la voiture de virer plus à plat, votre TT glissera latéralement.

La voiture est survireuse, il faut diminuer le diamètre de barre arrière pour redonner de l’accroche au train arrière et inversement lorsque l a voiture est sous-vireuse.

A savoir : On parle de sous-virage lorsque le train avant d’un véhicule a tendance à glisser en virage. Le changement de direction est alors affecté et les règlages doivent alors être corrigé. C’est l’inverse du survirage, où c’est l’arrière d’un véhicule qui a tendance à glisser.

**Les ressorts:

Il existe tout une gamme de ressorts plus ou moins souples. En résumé, plus le fil du ressort est épais + il contraint l’amortisseur + il est dur

La dureté des ressorts peut également être modifiée pour s’adapter au terrain. Notez que cela va de paire avec la viscosité de l’huile.

Huile épaisse = ressort dur et inversement

**L’huile et les pistons :

L’huile

La viscosité de l’huile joue évidemment un rôle important. De grades différents (100-200-300-400… ou 10 000, 4 000, 5 000… en fonction du fabricant), l’huile (silicone) de vos amortisseurs peut-être changée en fonction du terrain que vous allez « affronter ».

L’indice moyen en TT 1/8 est de 400/500. Restez proche de ces valeurs et testez à petites doses des fluidités différentes.

A savoir : Les conditions météorologiques sont à prendre en compte. Il faut durcir l’huile lorsqu’il fait chaud et inversement.

Réaction de votre TT

Huile(+ – 400)

amortie

motrice

stabilité

incisive

roulis

+ dure

+ à Hte vitesse

-

+

-

-

- souple

+ à basse vitesse

+

+

+

+

Les pistons

La fonction des pistons est identique puisqu’ils permettent de durcir ou assouplir les amortisseurs. Plus ils se déplacent rapidement (plus de trous ou trous plus gros) plus ils sont souples et inversement.


Astuces
: lors du remplissage de vos amortisseur, laissez reposer l’huile « corps de l’amortisseur ouvert » afin que les bulles d’air résiduelles s’échappent.

Ne remplissez jamais votre amortisseur à raz. Laissez 2 ou 3 mm afin que la coupelle en silicone inséré dans le bouchon, puisse prendre sa place et fonctionner correctement.

**Les points d’ancrage sur les supports amortisseurs et   les triangles

Il existe différents points d’encrage:   – sur la platine (fig 1) 

                                                          - sur le triangle (fig 2).

Les platines de supports amortisseurs 


Les triangles 

La position des amortisseurs influe sur le comportement de votre voiture mais aussi sur la dureté des suspensions et pour faire très simple :

Ancrage sur le support : Plus l’amortisseur est couché, plus on ramolli et inversement.

Ancrage triangle :  plus on va s’approcher de la roue, plus on durci.

   En résumé, plus vous redressez votre amortisseur sur la platine, plus vous durcissez votre suspension. Même effet avec les points d’ancrage du triangle, lorsque vous vous approchez des roues. 

——————-

LES PNEUS MODELISME TT 1/8

Encore un choix difficile. Pourquoi prendre une gomme tendre plutôt que dure? Pourquoi des micros, petits, gros picots, des carrés ? pas évident tout ça )-:

En la matière, Il faut savoir que pour chaque modèle de pneus, il existe quatre duretés de gomme :

Super Soft (très molle) – Soft (molle) – Médium (intermédiaire) – Hard (dure)

Ils sont généralement vendus avec des insères avec une mousse de consistance plus ou moins compact et des jantes en matière plastique, pleines ou à bâtons.

Faire le bon choix, c’est s’adapter au terrain ainsi qu’aux conditions climatiques.

Super Soft et Soft : pneus moulés avec une gomme très tendre. Personnellement je n’utilise que très peu ce type de gomme. Elle a un super grippe sur un sol sec mais s’use extrêmement rapidement.

Médium (intermédiaire) : Pour un débutant, c’est le pneu qu’il faut avoir dans sa caisse avec différentes sculptures pour s’adapter au terrain .

Hard (dure) : C’est bien aussi mais en version micro-picots pour une utilisation sur un sol mouillé.

Notez : contrairement à ce qui semble logique, sur un sol boueux, détrempé… il faut utiliser des pneus avec des miro-picots, cela évite qu’il se charge en boue et ralentissent votre TT (2ème et dernier pneu sur l’image ci-dessus).

C’est volontairement que je ne rentrerai pas plus dans le détail car il faut avouer qu’en fonction des fabricants, des pilotes…les avis sont souvent différents sur l’utilisation d’un pneu ou d’un autre.

Il y a toutefois une constante, pour bien commencer équipez-vous de pneu « multi surface » adaptés à pratiquement tous les terrains et par la suite, si vous vous lancez dans la (exemple ci-dessous) compétition, prévoyez au moins 6 trains de pneus ( 3 adaptés au différentes conditions météorologiques dans 2 gommes différentes.

Je sais, ça représente un peu d’argent… (30 euros les 4 pneus montés) surtout lorsque l’on sait qu’un train de pneu sera « rincé » après 20 minutes de course.

Par exemple, vous pouvez acheter des pneus « pro…. pour ne pas les citer », revolver, bowtie, crim fighter avec des gommes adaptées au différentes conditions climatiques, XTR M3 M2 .

Après, il y a de multiples combinaisons possibles. Ci-dessous, un tableau qui pourra vous donner une idée du type de pneus à monter sur vos bébés, en fonction du terrain.

Astuce : ne faite pas comme moi dans mes débuts, pour coller vos pneus, achetez une colle spéciale dans un magasin de modélisme. Contrairement aux colles cyanoacrylates de bricoleur, elle soude le pneu sur la jante et surtout résiste à la traction, aux chocs et aux intempéries.

LES BOUGIES MOTEUR MODELISME TT 1/8

Quelle est le rôle de la bougie dans le fonctionnement de votre moteur ?

Quelle bougie choisir ?

     La bougie joue un rôle essentiel dans le bon fonctionnement de votre moteur. C’est grâce à elle que le mélange oxygène – nitrométhane – méthanol – huile explose dans la chambre de combustion et met en action votre moteur.

Il  existe différents types de bougies (turbo-normal) avec des indices plus ou moins élevés. J’avoue qu’au départ, j’ai eu du mal à m’y retrouver…

Au démarrage, la bougie sera dans un premier temps chauffée à l’aide d’un chauffe bougie dit aussi soquet ou glow starter.

L’impulsion électrique du soquet chauffe le filament de la bougie (il suffit de 5 à 15 secondes), celui-ce devient rouge incandescent et enflamme le carburant.

Une fois que le moteur tourne normalement, vous pouvez enlever votre chauffe bougie car le filament de la bougie sera maintenu en température par les combustions successives.

 

- Les différents types de bougies :

**La bougie turbo est reconnaissable à la forme conique de son embase. Elle a été conçue pour optimiser la combustion du carburant. Attention, elle sera montée sur un insert « spécial bougie turbo » (30 € environ), sans joint, car sa forme conique épouse parfaitement celle de l’insert .

Utilisée principalement en piste, elle ne fait pas l’unanimité en TT 1/8 car elle augmente la consommation en carburant et la température du moteur.

**La bougie de type normale 
à un culot droit. Vendues 5 à 8 euros en boutique. Elle possède des indices différents, de 3 à 9 en règle générale gravés sur les flancs de la bougie ainsi qu’un joint en cuivre.

Il n’est pas toujours évident de savoir quelle bougie avec quelle indice utiliser…

Ce qu’il faut retenir, c’est que cet indice indique en fait la taille du filament. Plus le chiffre est petit, plus le filament sera fin , plus il sera incandescent et inversement.

C’est pour cela que l’on dit que les bougies de n°1 à 4 sont chaudes et que plus le chiffre est élevé plus elles sont froides.

Oui mais quand et pourquoi utiliser un indice + ou – élevé ????

Plusieurs données rentrent en ligne de compte : le type de moteur et son utilisation, le carburant utilisé et la température extérieure.

Le type de moteur et son utilisation :

Les indices faibles (n°1 à 5) sont généralement utilisés sur des moteurs loisirs ou de petites cylindrées (1,5 à 2,5 cm3).

Les moteur TT 1/8 d’une cylindrée de 3,5 cm3, dédiés à la compétition notamment, recevront des bougies dites médiums ou froides entre 6 et 8 maxi et très rarement des bougies chaudes.

Attention !!! Ces indices varient en fonction des marques mais le principe de hiérarchie est toujours le même : Petit chiffre = petit filament = + d’incandescence et de chauffe.

Exemple RB products fourni des bougies du n°4 au n° 8 , ROSSI du n° R1 au n° R9, NOVAROSSI du n° CS1 au CS13, KYOSHO du n°3 à 7… etc

Le carburant :

Le type de carburant utilisé conditionne également le choix de votre bougie. En effet, plus votre indice de nitrométhane est élevé, plus votre bougie sera froide. Voir ci-dessous.

Type de bougie Indice Taux de nitrométhane
Chaude n° 1 à 5 10 à 16 %
Médium n° 5 à 6 16 à 25 %
Froide n° 7 et + supérieur à 30 %

La température ambiante :

En fonction de la température extérieure, votre moteur chauffera plus ou moins. Il faudra donc adapter vos bougies en tenant compte des éléments ci-dessous :

Type de bougie Indice Température extérieure
Chaude n° 1 à 4 0° à 15°
Médium n° 5 à 6 15° à 30°
Froide n° 7 et + supérieur à 30°

A SAVOIR : ** La bougie est un bon indicateur de votre réglage moteur.

Il faut toujours vérifier l’état de votre bougie avant de commencer une séance de roulage. Démontez-là et testez son incandescence .

Cela vous évitera de modifier des réglages qui étaient bons alors que la panne provenait de la bougie…. ça c’est du vécu ((- ;

Observez le filament de votre bougie et vous saurez si votre réglage moteur est correcte.

* Un filament noir et gras = moteur trop riche, il faut fermer (visser) le pointeau principal (richesse essence) d’1/8ème de tour.

* Un filament Blanc = attention danger !! il y a très certainement une surchauffe moteur, il faut dans ce cas ouvrir (dévisser) le pointeau principal (richesse essence) d’1/8ème de tour. Le filament peut casser avec le rique d’endomager l’ensemble chemise-piston.

* Un filament et brun, sans trace de carburant non consommé, tout est OK, vous avez le bon réglage.

- Les Chauffes bougies :

Il en existe 2 types. En m’appuyant sur mon expérience de terrain, je suis 100 % pour le glow starter ou soquet sans câble  (celui de droite) . Les accus actuels permettent largement de tenir une voir plusieurs journées sans le recharger et il n’est pas encombrant dans une caisse de terrain.

L’EMBRAYAGE TT MODELISME 1/8

   Pour faire simple, le système d’embrayage qui fonctionne grâce à la force centrifuge, est constitué (en suivant l’ordre de montage) d’un cône, du volant moteur, un jeu de rondelles, trois masselottes, 3 ressorts épingles, et un écrou de blocage de l’ensemble.

Le cône :

   Cette pièce est enfichée sur l’axe de sortie moteur, contre la partie centrale du roulement. De forme conique, fendu sur toute sa hauteur, il sert à bloquer le volant moteur sur l’axe. Pièce importante, il permet au volant de tourner librement, sans toucher le carter inférieur.

Attention : surveillez cette pièce, une usure trop importante entrainerait la dégradation du volant et du carter inférieur de votre moteur.

Le volant moteur :

Cette pièce en aluminium à 3 axes, supportent le système d’embrayage. La tranche est crantée afin de faciliter le contact avec la roue caoutchouc du démarreur.

Il est fixé (à force) sur l’axe moteur qui le traverse grâce au cône décrit ci-dessus.

Le jeu de rondelles :

   Ces micro-rondelles, bien qu’insignifiantes, jouent aussi un rôle important dans le bon fonctionnement de votre embrayage. Elles servent d’isolateur et permettent aux masselottes de tourner librement autour des 3 axes, sans frotter et endommager le volant moteur.

Les masselottes :

Généralement en aluminium, ces pièces prennent place sur les 3 axes du volant moteur. Percées à une extrémité elles comportent un rainurage sur une face, permettant l’insertion des ressorts épingles.

**Fonctionnement : Lorsque vous mettez les gaz, le volant tourne à grande vitesse. Les pointes des masselottes s’écartent, elles viennent au contact et collent les parois internes de la cloche. Votre voiture ce met en mouvement…

Leur retour en position initiale est assuré par les ressorts épingles lors de la décélération.

**Astuce : Vérifiez régulièrement l’usure des masselottes de votre embrayage. Enlévez les bavures qui se forment sur leurs flancs, elles peuvent gêner le libre mouvement des masselottes et générer des blocages.

Assurez-vous que la partie des ressorts encastrée dans la rainure de la masselotte n’entrent pas en contact avec la face interne de la cloche. Si c’est le cas, votre embrayage est usé, changer l’ensemble sans attendre.

Les ressorts épingles :

En acier, les ressorts permettent un retour au « point mort » de votre voiture lors du lâché des gaz. Sans eux, votre voiture continuerait à rouler.

Il est possible de monter des ressorts d’un diamètre de + ou – 1mm.

**A savoir : Plus le ressort sera fin, plus votre embrayage collera rapidement et plus votre voiture sera « violente » à l’accélération et inversement. (Réglage à prendre en compte par exemple, si vous évoluez sur un terrain glissant, nécessitant des accélérations progressives afin de privilégier l’adhérence)

**Astuce : Pour mettre les ressorts en place, monter une seule masselotte à la fois et ce sera un jeu d’enfant.

L’écrou :

Il vient sceller l’ensemble sur l’axe du moteur. Je vous conseille de le monter avec une goutte de frein filet « bleu » pour le maintenir en place. S’il se venait à se desserrer, il bloquerait le fonctionnement de l’embrayage.

VOILA, VOTRE EMBRAYAGE EST EN PLACE

LES FILTRES MODELISME TT 1/8

LES FILTRES A AIR/ESSENCE

Le filtre à air :

 Attention!!!   Ne jamais démarrer votre moteur sans filtre à air, même                                      quelques secondes sous peine de l’endommager.

    Pour protéger efficacement votre moteur des particules destructrices vous devez veiller à conserver vos différents filtres en parfait état de propreté

    Je vous conseil d’utiliser une double mousse. Enduisez là généreusement d’huile spéciale filtre à air.

    En ce qui me concerne, j’utilise toujours des mousses blanches (marque connue si possible) et de l’huile de couleur, cela permet de constater que votre filtre est bien huilé et propre.

  N’hésitez pas à le changer fréquemment la première mousse, celle qui est le plus exposée, surtout si vous évoluez sur un terrain poussiéreux.

Notez : En course, je la change la « grande » mousse externe après chaque «  Run  » et la plus petite à la demie-journée.

Astuce : * pour ne pas vous souiller les mains avec l’huile de filtre à air, enduisez vos mousses en utilisant des gants plastiques du genre de ceux qui sont fournis à la pompe des stations services ou tout simplement en plaçant la mousse dans un sac en plastique.

* Pour vérifier si votre protection est efficace, désolidarisez l’ensemble « filtre » et passez un petit chiffon blanc à l’intérieur du coude caoutchouc. Si votre chiffon ressort propre, tout est OK, dans le cas contraire, revoyez l’étanchéité de l’ensemble.

Le filtre à essence:

   Le filtre à essence est un autre élément indispensable à la survie de votre moteur. Même si la plupart des réservoirs sont équipés d’origine d’un crépine interne, de fines particules peuvent tout de même passées. Ce deuxième filtre n’est donc pas un élément de décoration et pour vous en convaincre, démontez-le après une journée d’utilisation… Vous trouverez forcément des particules captées par votre système de filtration.

   Les filtres dit « de grande capacité » agissent également comme une réserve de carburant. Il permettent aussi d’absorber les bulles d’air qui circulent dans vos durites, évitant ainsi les « calages » intempestifs.

LE CARBURATEUR MOTEUR MODELISME 1/8

Connaissez-vous l’intérieur de votre carburateur?

  C’est le cœur de votre moteur.

 Il l’alimente en essence, lubrifiant et air. Il est important et même vital pour votre moteur d’en prendre soin et d’en connaître le fonctionnement.

     Vous constaterez que c’est une mécanique complexe et fragile. Si vous intervenez sur votre carburateur, faite le avec soin.

**Démontage du carburateur:

Avant toute chose, préparez-vous un plan de travail nickel ainsi que l’ensemble de votre matériel d’entretien
“Enregistrez” vos réglages en comptant le nombre de tours des 3 vis pointeaux “avant de les retirer“.

1/ Désolidariser le carburateur du bloc moteur. Pour ce faire, dévissez la vis pointée par la flèche ci-dessous. Il s’agit d’un axe excentrique, après trois ou quatre tours de tournevis,  l’embase du carburateur sera libre.

A noter:  Vérifiez le joint d’embase et graisser cette partie au remontage

2/ dévissez totalement les vis de ralenti, de reprise, de richesse et les retirer.

     Attention au ressort de la vis de ralenti (ci-dessous)

3/  démontez avec soin le “support laiton avec sa bague” de la vis de richesse.         ATTENTION, cet élément est fragile, utilisez une clé (pipe ou plate) adaptée, surtout pas de pince ou clé à molette.

4/  Retirez la vis (sans tête) de fixation de la bague du bloc reprise/boisseau, retirez-là, enlevez le soufflet et le boisseau. Nettoyez soigneusement cet ensemble et vérifiez son étanchéité. Normalement, si le soufflet est étanche, il ne devrait pas y avoir de “poussière” sous celui-ci.

Attention!  aux vis pointeaux, le moindre choc sur la pointe et cela altérera le bon fonctionnement de votre carburateur.

        Voilà, votre carburateur est démonté. Dégraissez tous les éléments, essuyez-les et remonter avec de la graisse silicone.

Les joints :   évitez de les démonter et prenez soin de les graisser régulièrement (graisse silicone).  Veillez à ce qu’aucun corps étranger, poussière, sable… ne vienne compromettre l’étanchéité de l’ensemble.

La moindre prise d’air rendra vos réglages difficiles voir impossibles. 

En cas de problème, pas de panic, vous pourrez acheter une pochette de joints de remplacement.

RODAGE ET RÉGLAGE MOTEUR MODELISME TT 1/8

RODAGE ET RÉGLAGE COURANT

Commençons par l’identification des 3 pointeaux (vis) situées sur le carburateur et permettant d’agir sur le réglage du RALENTI, de la RICHESSE (arrivée d’essence) et de la REPRISE (agit sur la richesse ralenti et l’accélération constante du moteur).

    Il est primordiale dans un premier temps de prendre en compte l’état de votre moteur.

    En effet, un moteur neuf (non rodé) ne réagira pas de la même manière qu’un moteur qui a déjà tourné quelques heures, plus le moteur s’use et plus il est instable.

   S’agissant de moteur 2 temps, l’huile est incorporée d’origine dans le carburant que vous utiliserez, vous comprendrez qu’en agissant sur les pointeaux, vous modifiez le niveau de lubrification de votre moteur; Sachant qu’il tourne à prés de 30 000 tours/minutes, quelques secondes suffisent à le détruire.


    LE RODAGE MOTEUR:

    Du soin que vous accorderez à ce rodage, dépendra la durée de vie de votre moteur.

   Afin de partir sur de bonnes bases de travaille, renseignez-vous sur le réglage usine de votre moteur, c’est très important pour la suite. vous trouverez ces indications sur le site du constructeur dans l’onglet concernant les caractéristiques de votre moteur.

  (par défaut, de 3 à 3,5 tours pour la richesse et 5 à 5,5 tours pour la reprise, en partant de la visse fermée)

**Ne jamais serrer à “toc” les 3 vis pointeaux sous peine de détruire votre carburateur**

**1ère étape : Le rodage statique

  Il consiste à faire tourner votre moteur (installé sur votre châssis) au ralenti pendant le premier plein.

1/ Régler le pointeau principal (richesse) avec 1/2 tour de + que le réglage usine afin que votre moteur soit très gras. Vous posez votre voiture sur un support (démarreur par exemple) qui vous permet de garder les roues “hors sol”. Ne touchez pas au pointeau de reprise pour le moment. Restez sur le réglage constructeur (5 à 5.5 tours)

2/ Monter le ralenti en dévissant la visse de + ou – un quart de tour. En effet, le moteur étant très gras, le ralenti de base ne suffira pas à la maintenir en marche.

3/ Tourner le volant moteur afin libérer le piston en le plaçant en partie basse .

4/ Démonter la bougie, testez-là et introduisez quelques gouttes de carburant dans la chambre de combustion.

5/ Remonter la bougie et brassez le carburant en agissant à la main sur le volant moteur (roue crantée en contact avec le démarreur) ou à l’aide de la tirette.

6/ Positionner à nouveau le piston en partie basse, chauffer la bougie (soquet chargé à bloc) attendre quelques seconde (3 à 5) et démarrer puis, laissez tourner au ralenti durant 2 à 3  pleins.               Il crachera du carburant mais cela est normal.

**Si le  moteur est bloqué en position haute, vous chauffez la culasse à 50/60 degrés avec un décapeur thermique ou un sèche  cheveux afin de dilater le métal et libérer le piston.

**Pour tester la température du moteur, mettre une goutte d’eau ou de salive sur le haut de la culasse:

- Elle s’évapore immédiatement = trop chaud 

-Elle s’évapore après 3 ou 4 secondes = idéal 

**Si votre moteur est trop chaud = Ouvrir immédiatement le pointeau principal (richesse/essence) d’1/8ème de tour.

 Votre moteur démarre du premier coup “super”!

Si ce n’est pas le cas… répétez les manip de la partie 5 et 6 ci-dessus

**Pendant le rodage, vérifier régulièrement la température de votre moteur afin qu’il ne dépasse pas les 90/100 degrés maxi.**

**2ème étape : Le rodage roulant  

   Après une pause de 10 à 15 minutes pour laisser refroidir votre moteur, vous allez pouvoir faire vos premiers tours de roues.

1/ Rouler à demi-gaz durant un demi plein, sans accélération  brusques. Le moteur doit grogner, fumer et cracher du carburant mais en aucun cas monter dans les tours et hurler. Si c’est le cas, ouvrir immédiatement le pointeau principal (arrivée d’essence) d’1/8 de tour, il y a risque de surchauffe.

2/ Revisser (fermer) le pointeau principal après 3 pleins. Le moteur doit maintenant commencer à prendre des tours.

    Voilà, votre moteur est rodé !!!

 LE REGLAGE FINAL

  Normalement, votre moteur fonctionnera sans problème mais si vous voulez en obtenir le maximum, il faudra affiner vos réglages.

Votre pointeau principal (richesse) étant réglé, vous devez agir maintenant sur la reprise afin d’obtenir le mélange air/carburant idéal.

**Ces réglages se font toujours avec un moteur chaud. Notez également que si vous intervenez sur l’un des pointeaux (richesse-reprise) il faudra sûrement monter ou baisser votre ralenti d’1/8ème de tour.**

Pour vérifier le bon réglage de votre “reprise”, faite un tour de piste, rapprochez-vous de votre TT et pincez la durite “carburant” avec les doigts, juste avant le carburateur.
* Si le régime moteur monte légèrement dans les tours durant 2 ou 3 seconde, avant de couper, c’est que la reprise est bien réglée.
* S’il coupe net c’est que le réglage est trop pauvre (ouvrir la reprise d’1/8ème de tour)
* Si au contraire, il met du temps à couper, la reprise est trop grasse (fermer la reprise d’1/8éme de tour).

Notez : Un moteur bien réglé ne cale pas, il accélère franchement en laissant un petit panache de fumée blanche en pointe maxi.

D’un jour à l’autre, en fonction de la météo par exemple, vos réglages peuvent se modifier. Surtout, pas de panic, soyez patient, agissez à petites doses sur les pointeaux, un seul à la fois et faites des essais après chaque modification.

Surveiller toujours la température de votre moteur, pour le préserver des surchauffes – Au delà de 130 ° “DANGER”!!!

PANNES MOTEURS MODELISME TT 1/8 : Symptômes et solutions

TABLEAU DES PANNES MOTEURS LES PLUS FRÉQUENTES
** En partant du réglage usine**

PANNE MOTEUR

SYMPTOMES

SOLUTIONS

Ne démarre pas Crache du carburant sans fumer – cale dès que j’enlève le  chauffe bougie  (soquet) Tester la  bougie  qui est peut-être H.S. – vérifier l’état de charge de votre « soquet » . Moteur trop riche – bougie noyée fermer le pointeau principal   d’1/8ème de tour et sécher la bougie – Manque d’oxygène, filtre à air  trop encrassé – essence frelaté
Démarre mais le ralenti reste très haut Les roues tournent rapidement, la voiture avance toute seule Dévisser (anti-horaire) la visse de ralenti – vérifier l ‘ouverture du boisseau (1 mm max) -voir aussi vos règlages de tiges reliant le carburateur au servo moteur
Démarre mais ralenti instable Le régime monte et descend Prise d’air au niveau du carburateur – Problème radio, vérifier l’état de votre servo moteur. Parfois les accus déchargés, la proximité d’autre TT évoluant sur une même fréquence créée des interférences – Moteur usé, prévoir un échange chemise/piston.
Démarre et cale Monte très vite dans les tours et cale immédiatement sans que j’accélère Pas assez riche, ouvrir le pointeau principal  (richesse arrivée essence) d’1/8 ème de tour – Vérifier vos durites de pressurisation et l’étanchéité du réservoir
Démarre mais cale lorsque je pose la voiture sur le sol Vérifier votre Transmission car au ralenti les roues ne doivent pas tourner:
embrayage  1 ou plusieurs ressort H.S.     – Différentiel bloqué – Problème de filament de bougie H.S. Car il se peut aussi que ce filament se déconnecte par intermittence.
Cale à l’accélération Démarre, tient le ralenti, je roule et le moteur monte très vite dans les tours puis cale (absence de fumé) DANGER !!! Pas assez riche, ouvrir le pointeau principal (richesse arrivée essence) d’1/8 ème de tour ou/et le pointeau de reprise (air) d’1/8ème de tour
Ne monte pas dans les tours Démarre, tient le ralenti, roule mais ne monte pas dans les tours (grogne), fume et crache du carburant Mélange trop riche en carburant. Visser (sens horaire) le pointeau principal   (richesse arrivée essence) d’1/8 ème de tour ou le pointeau de reprise (air) d’1/8ème de tour.
Retour au ralenti tardif et instable Démarre, roule mais redescend trop lentement au ralenti Problème d’usure moteur ou mélange trop riche en air, fermer d’1/8 ème de tour le pointeau de reprise
Le moteur chauffe Démarre, ralenti proche de la normale mais accélération violente. Le moteur hurle et chauffe. DANGER !!! Attention, mélange trop pauvre en carburant; Le moteur peu « serrer » faute de lubrifiant. Dévisser le pointeau principal (richesse essence) d’1/4 de tour
La voiture n’avance pas Démarre, la voiture monte dans les tours mais n’avance pas Problème de transmission, cloche,embrayage, différentiel ou cardan H.S.

—————————————-